Troubles de déficit de l’attention - Aider le cerveau

 

Le cerveau humain est une merveille et d’une complexité incontestable, contenant 100 milliards de cellules nerveuses, l’équivalent du nombre d’étoiles de notre galaxie!

Les neurones, cellules essentielles du tissu nerveux, sont constitués de dendrites, d’un corps cellulaire et d’axone. Ceux-ci transmettent des impulsions électriques et permettent la libération de neurotransmetteurs. Les personnes qui sont atteintes du trouble de déficit de l’attention (TDA ou TDAH) ont, selon les spécialistes, une hypoactivité des neurotransmetteurs, en particulier, la dopamine et la noradrénaline.

Plusieurs parents inquiets des effets secondaires des médicaments comme le Ritalin, me demandent, s’il est possible de prévenir et même d’améliorer les problèmes de TDAH par des méthodes naturelles pratiquées par la naturopathie hygionomiste. Cette approche a toujours été de donner à l’organisme ce qui devrait s’y trouver et d’éviter ce qui ne devrait pas s’y retrouver. Donc, le cerveau doit être extrêmement bien nourri pour fonctionner de façon optimale, puisqu’une carence peut nuire non seulement à son bon fonctionnement, mais à l’organisme tout entier. Il est aussi simpliste de dire que les TDAH sont seulement occasionnés par le manque de dopamine. Une mauvaise alimentation contenant des gras trans et des gras saturés joue un rôle néfaste dans la fluidité des cellules nerveuses. Plusieurs recherches démontrent que les colorants peuvent accentuer le problème. Le manque de minéraux et de vitamines, surtout celles du groupe B sont nécessaires à la biosynthèse et au métabolisme des neurotransmetteurs. Sans oublier les fameux acides gras de type Oméga 3 qui jouent un rôle important dans le développement du cerveau et permettent une meilleure communication entre les cellules. Certains acides aminés essentiels doivent aussi être présents en quantité suffisante pour fabriquer les neurotransmetteurs.

Comme nous pouvons le constater, il existe des moyens qui peuvent aider les gens ayant ce problème. Il serait encore plus sage, de bien préparer la venue du petit bébé, en évitant, lors de la grossesse, toutes formes d’intoxications qui sont néfastes au développement du cerveau . L’alcool, le tabac et les drogues devraient notamment être évités. La consommation de bons gras et une alimentation équilibrée permettent à la maman de mettre toutes les chances de son coté d’avoir un enfant en santé.

Jean-François Dubois, N.D., S.E.S.
Publié le: 26/03/2009