Diabète : Les trois clés de la prévention

À l’occasion de : Mois de novembre, le Mois de la sensibilisation au diabète
Par Roxane A. Alamyalagha, N.D.

Le diabète est dû à un défaut de fonctionnement d’une hormone (protéine) sécrétée par notre pancréas, appelée l’insuline.

Le taux du sucre sanguin (glycémie) s’élève après un repas contenant des glucides; c’est grâce à l’insuline qu’il revient peu à peu, à son taux normal.

Le diabète et son historique

Du latin diabètes, du grec diabètes signifie : passer à travers; il désigne toutes les maladies caractérisées par l’élimination d’une substance dans l’urine.

Dans l’Antiquité égyptienne, on mentionne le diabète sur un papyrus en 1550 av. J.-C.

En médecine chinoise traditionnelle, on le nomme «soif dissolvante, privative ou dispersante». On le décrit longuement dans le Canon interne de Médecine de l’Empereur Jaune en 400 av. J.-C.

En médecine persane, Avicenne, explique les complications du diabète, entre autres, la perte des fonctions sexuelles et la gangrène, vers l’an 950.
Thomas Willis remarque la saveur douce de l’urine des diabétiques, publie cette observation en 1679.


Matthew Dobson établit un lien avec la saveur sucrée et identifie le déséquilibre du glucose en 1815. Hulda Regehr Clark N.D. souligne la présence de Eurythrema pancreaticum dans tous les types de diabète. D’après elle, ce parasite ne pourrait s’installer et multiplier qu’en présence de Méthanol (alcool de bois), utilisé dans pratiquement tous les aliments transformés.

Les diverses formes du diabète

Le diabète dit sucré est une affection chronique caractérisée par la présence de sucre dans les urines (glycosurie). Il est provoqué par l’excès de sucre dans le sang (hyperglycémie). Il existe plusieurs types de diabètes sucrés et certains sont beaucoup plus fréquents :

1. Diabète de type 1;
2. Diabète de type 2;
3. Diabète de grossesse ou gestationnel

Un défaut de production de l’insuline par le pancréas crée le diabète de type 1. Dans le cas du diabète de type 2, toute cellule devient résistante à son signal, le taux de sucre ne redescend pas suffisamment dans le sang, restant alors durablement trop élevé. Le diabète gestationnel peut être causé par les hormones du placenta pendant la grossesse chez certaines femmes (de 3% à 20% des femmes enceintes, sous certaines conditions).

Action et déséquilibre du pancréas

Les cellules spécialisées du pancréas produisent l’insuline, une hormone qui, une fois libérée dans le flux sanguin, agit à divers niveaux dans l’organisme pour réguler les cellules et leur croissance. La plupart de ces actions sont dirigées vers le métabolisme des glucides (sucres et féculents), des lipides (graisses) et des protéines. L’insuline contribue à contrôler le niveau de glucose (sucre) dans le sang.

Dans le cas du diabète de type 2, le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou le corps n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. En conséquence, le glucose (sucre) s’accumule dans le sang au lieu d’être utilisé pour produire de l’énergie.

Prédiabète ou insulino-résistance

Le syndrome prédiabétique ou intolérance au glucose survient lorsque le taux de sucre sanguin est trop élevé, mais pas encore au point de créer un diabète.

Si une personne prédiabétique ne prend pas les mesures adéquates pour rééquilibrer son métabolisme — équilibrer son alimentation, accroitre son activité physique, se reposer amplement, etc., elle risque inévitablement de développer le diabète de type 2 dans les 10 années à venir.

Triste constat statistique

*Principales données statistiques[1] 2015 2025
Prévalence estimée du diabète au Canada (nombre/%) 3,4 millions / 9,3 5 millions / 12,1
Prévalence estimée du prédiabète au Canada (nombre/%) (personnes de plus de 20 ans)

5,7 millions / 22,1%

6,4 millions / 23,2%

Coût estimé du diabète au Canada ($) 14 milliards 17,4 milliards
Augmentation estimée de la prévalence du diabète (%) Augmentation de 44 % entre 2015 et 2025
Augmentation estimée des coûts liés au diabète (%) Augmentation de 25 % entre 2015 et 2025

*SOURCE : http://www.diabetes.ca

  • Les personnes atteintes de diabète de type 2 ont en moyenne des accidents cardiovasculaires (infarctus, AVC) 15 ans avant les autres.
  • Leur risque de mourir d’un problème cardiaque est 2 à 4 fois plus élevé que chez les autres.
  • Le diabète est la principale cause de cécité (être aveugle) chez les personnes de 20 à 74 ans.
  • Le diabète est la principale cause d’insuffisance rénale.
  • 60 à 70 % des diabétiques ont des problèmes nerveux comme : perte de sensibilité dans les mains et les pieds, mauvaise digestion, syndrome du canal carpien, impuissance.
  • Amputation : chaque année, 8000 amputations de membres sont pratiquées en France en conséquence du diabète.
  • Hygiène buccale : presque un tiers des personnes diabétiques ont de graves problèmes de gencives.
  • On dénombre plus de 40 millions de personnes atteintes du diabète et la plupart d’entre eux du diabète 2, en Chine *.
  • Depuis l’an 2000 environ, l’Amérique du Nord fait face à une épidémie de prédiabète ou insulino-résistance; 25 % de sa population en souffre.
  • Les complications associées au diabète comme troubles cardiovasculaires, maladies rénales, symptômes dépressifs significatifs, amputation d’un membre, etc. coûtent cher aux systèmes de santé.
  • On prévoit au Canada une augmentation de 44 % du nombre de diabétiques d’ici 2025. Le coût des soins de santé requis s’élèverait à 17,4 milliards $ en 2025. De plus, 57 % des diabétiques signalent ne pas être en mesure de suivre le traitement qui leur a été prescrit en raison des coûts élevés des médicaments, appareils et fournitures nécessaires.
    Pourtant on connait depuis longtemps les moyens de prévenir et même de corriger ce déséquilibre.

Causes de ce déséquilibre

Bien qu’attribuables en partie à l’hérédité et la sédentarité, les glucides raffinés et les aliments sucrés en restent les principales causes. Outre l’hérédité et certaines médications, l’insulino-résistance est produite dans les facteurs suivants :

  • Stress
  • Obésité
  • Infections
  • Utilisation de stéroïdes
  • Syndrome métabolique, dit syndrome X (présence d’un ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et AVC)

Diabète et le rôle de l’alimentation

Hulda Regehr Clark, naturopathe canadienne, note la présence de Eurythrema pancreaticum dans tous les types de diabète. Ce parasite ne peut s’installer et se multiplier qu’en présence de méthanol, une forme d’alcool, utilisé dans presque tous les aliments transformés.

Prévenir la résistance à l’insuline par l’alimentation 

L’alimentation déséquilibrée, qui affecte directement le taux de sucre sanguin, entraine l’obésité qui reste l’un des plus grands facteurs de risque du diabète de type 2.

Le pancréas produit de l’insuline pour acheminer le glucose du sang vers les muscles. La consommation de certains aliments provoque une augmentation trop rapide du taux de sucre dans le sang (glycémie). Les pics et les chutes brusques de glycémie créent des «coups de pompe», des comportements alimentaires déréglés, dont la redoutable fringale. Il en résulte, diverses pathologies.

Les aliments contenant beaucoup d’amidon (glucide complexe) ou de glucose à haut index glycémique (IG) comportent de grands risques de déséquilibrer la glycémie. L’IG fournit des données importantes pour guider son alimentation.

Index glycémique

Échelle de 0 à 100 selon la classification utilisée par l’Association canadienne du diabète

110 : bière
100 : sirops, glucose
95 : pommes de terre frites, au four, en purée, en flocons
85 : farine de blé blanche, pain blanc, pain de mie, pain hamburger, corn flakes, flocons de maïs, navet et carotte cuits, pannés
75 : beignets, gaufres, lasagnes, pastèque, potiron, riz au lait sucré

70 : viennoiserie, baguette, biscottes, biscuits, brioche, barres chocolatées, raviolis, riz blanc standard, polenta, pommes de terre bouillies, cola, boissons gazeuses, sodas
55–60 : pêches au sirop, purée d’amandes avec sucre, jus de raisin, miel
50 : pâtes complètes, riz complet, couscous complet, patates douces, jus de pomme, jus d’ananas non sucré
45 : litchis, mangue, ananas, banane (non mûre), jus d’orange pressé, raisin
40 : avoine, flocons d’avoine
35–40 : fèves, haricots rouges, haricots blancs, figues sèches, pruneaux, pain complet, pâtes intégrales, kamut complet, abricots secs, oranges, pommes, pêches, brugnons, nectarines, prunes, levure de bière, petits pois, quinoa, riz sauvage

Note :

  • Plus un aliment contenant de l’amidon et plus il est cuit longtemps plus son IG (index glycémique) augmente.
  • Les aliments complets ont un index glycémique plus bas que les aliments raffinés.

Les aliments de choix

Les aliments à faible index glycémique, riches en fibres, régularisent la glycémie et aident à prévenir et gérer le diabète. En voici un échantillon :

Artichaut Gingembre Poires
Aubergine Ginseng américain Pois chiches
Avocat   Graines de lin Poissons
Avoine entière Haricots navy Pomme
Baies Houmous Prunes
Beurre  d arachide Huile  d olive Quinoa
Boisson d amande  * Lentilles   Raisins
Boisson de noix de coco Levure de bière Stévia
Brocoli Noix de coco Tisanes *
Cannelle Noix de Grenoble Tofu
Céréales entières Oignons Viande maigre
Clou de girofle Orge Vinaigre
Edamames Pamplemousse Yogourt *
Épinards Patate douce  

Attention : *non sucré

La médecine chinoise classique fournit de nombreux exemples de traitement des syndromes associés au diabète avec «des plantes médicinales qui vivifient le sang et dissipent la stase». Elle démontre des résultats positifs dans la prévention et le traitement des déséquilibres du diabète.

CONCLUSION : Les trois clés

  • Observer la diète par alimentation
    La diète doit être basée sur le contrôle de l’indice glycémique (IG) et de l’alimentation de type méditerranéen, avec une abondance de légume, des protéines provenant surtout de poissons et de volailles. Ceci signifierait la maitrise de la quantité de glucides que nous consommons et notre aptitude à faire des choix alimentaires sains et nutritifs. Elle doit limiter la consommation des fruits et consommer des aliments riches en acides gras bénéfiques pour la santé : les olives, les avocats, les noix et amandes, les poissons. Tous les hydrates de carbone raffinés sont à bannir.
  • Perdre du poids
    Selon le Dr Julian Whitaker, perdre du poids est le meilleur moyen pour vaincre le diabète de type II. Il faut faire preuve de détermination et modifier son mode de vie. La clé suivante est essentielle lorsqu’il s’agit de contrôle du poids dans le cas de diabète.
  • Enrayer la sédentarité
    Les études récentes révèlent que la sédentarité est aujourd’hui le quatrième facteur de risque de mortalité dans le monde, et le manque d’exercice physique peut causer des problèmes mentaux et les maladies graves entre autres, le diabète. Le problème de la sédentarité est récurent spécifiquement chez les employés de bureau, car ils passent la plus grande partie de leur temps assis devant leurs écrans d’ordinateur.

L’activité physique régulière

  • L’activité physique correspond à tous les mouvements des muscles du corps qui augmentent les dépenses en énergie. Elle inclut les activités quotidiennes : marcher, jardiner, faire le ménage, monter les escaliers, ainsi que les activités de loisir et sportives. La pratique d’une activité physique régulière fait partie du traitement du diabète, tel qu’une alimentation équilibrée et la prise de médicaments. Elle améliore :
  • l’équilibre du diabète?; facilite la saine gestion du poids, et réduit le risque
    d’apparition des complications;
  • améliore la santé du cœur;
  • réduit la pression artérielle et le cholestérol sanguin;
  • aide à gérer le stress et l’anxiété;
  • favorise la prévention ou ralentissent le développement du diabète et ses complications.

Conseil : 150 minutes d’activités cardiovasculaires et 2 à 3 séances d’exercices de renforcement par semaine.

Vous savez mieux que quiconque que parfois tous les prétextes sont bons pour rester au chaud, ne pas sortir :

Nous manquons de motivation, de temps, de moyen financier; nous n’aimons pas le monde; nous n’avons pas l’énergie; nous sommes pantouflards et… Un éventail de choix nous est offert. Trouvez-vous un compagnon, une amie de route; Internet vous guidera à trouver des séances gratuites à suivre chez vous.

Références